Tifenn a déjà fabriqué plus de 1 600 masques, à Pont-Sainte-Maxence

Habitante de Pont-Sainte-Maxence, Tifenn coud 10 à 12 heures par jour. Elle a déjà confectionné plus de 1 600 masques.

« Je ne suis pas couturière. Je n’avais jamais touché à une machine à coudre. J’ai commencé à faire des masques au début du confinement, avec la machine que ma belle-mère m’avait offerte à Noël. J’en ai fait pour la famille, les amis… » Puis pour le facteur, les éboueurs, les caissières, infirmières, secouristes, bénévoles des Restos du Coeur… Tifenn, qui habite Pont-Sainte-Maxence, a déjà distribué plus de 1 600 masques ! Les petits commerçants sont évidemment très heureux de cette initiative. « Tony, photographe, m’a dit que c’était trop bien. Pour moi, ça paraît tellement logique d’aider ! »

Un vrai élan de solidarité

« Tout le monde joue le jeu ! Les gens me déposent des draps, je réalise les liens dans des t-shirts. Une dame m’a déposé aussi un gros carton plein de pelotes ! Beaucoup veulent me payer mais je refuse ! Je préfère qu’ils soutiennent mon fils Ewenn via une cagnotte. » Le petit bout de 4 ans a besoin d’une opération rare, réalisée en Allemagne. En cette période difficile, la solidarité marche dans les deux sens. Pour remercier Tifenn, les gens n’hésitent pas à donner : environ 2 000 euros ont été récoltés pour aider le petit garçon. « Ce n’était pas du tout le but, mais je prends ! »

Une petite tournée à vélo pour livrer les personnes vulnérables

Le salon de Tifenn est envahi de tissu, elle réalise une cinquantaine de masques par jour. « Je couds de 10 à 12 heures par jour, principalement pour des gens de Pont-Sainte-Maxence et des alentours. Je fais une petite tournée à vélo pour livrer les personnes fragiles. » Il est aussi possible de récupérer les masques chez cette petite fée du confinement.

Léa

Plus d’infos par mail à tifenn.dalfon@hotmail.fr ou directement sur le messenger de Tifenn Daflon.

À LIRE AUSSI

Léa

Léa

Picarde depuis toujours, je suis très attachée à ma région. J’aime découvrir de nouveaux petits coins de Paradis, et retrouver ceux que je connais depuis mon enfance. Les balades en forêt, les villages typiquement picards, les champs de blé : la Picardie est belle, riche, et j’en suis fière. Après un master de journalisme, il est évident pour moi de partager avec vous nos merveilleux endroits et nos habitants talentueux, à l’écrit et en photos.

inscription à la newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

faire un don