Graine de choc, la meilleure pâte à tartiner, est picarde

Béatrice est la fondatrice de Graine de choc, une entreprise située à Beuvraignes, dans la Somme, et qui porte bien son nom. Elle a pour produit premier la féverole. Celle-ci est transformée en pâte à tartiner et est commercialisée depuis 2018.

« J’ai découvert la féverole par hasard« , explique Béatrice, la fondatrice de l’entreprise Graine de choc. C’était aux Terres de Jim, grand événement agricole à Margny-lès-Compiègne, dans l’Oise. « J’étais en promeneuse, un stand exposait des graines de féveroles, je ne connaissais pas du tout« , confie-t-elle. Elle se renseigne et apprend que cette légumineuse n’est pas consommée en France. « C’était que pour les animaux. » Pourtant, la féverole se mange en Egypte et dans d’autres pays. « On m’a donné des graines et j’ai dit : j’essaierai de faire quelque chose. »

Béatrice est donc repartie avec des sacs de féveroles. « Tout le monde me disait que je ne ferais rien avec. » Pourtant, elle a commencé par faire une crème de féverole. « C’était très bon, plus léger qu’une crème de marron« , lance Jenna, l’assistante commerciale.

Consommée, en France, que par les animaux, la légumineuse n’attirait personne. « C’est à la base pour les vaches, tout le monde me claquait la porte au nez« , se rappelle la fondatrice de Graine de choc. Béatrice a pourtant voulu insister.

Parce que, pour elle, il y avait quelque chose à faire, même si ce n’était pas évident. « J’ai contacté des journalistes, je me suis fait envoyer bouler« , sourit-elle.

Puis Béatrice a eu l’idée d’utiliser les féveroles pour en faire de la pâte à tartiner. « C’est un produit qui est grandement apprécié« , explique la Samarienne. Il y avait toujours des réfractaires mais les premiers pots de pâte à tartiner à base de féveroles sont sortis fin 2017. Et depuis janvier 2020, 20 000 pots ont été vendus et des nouveaux parfums sont sortis !

La seule pâte à tartiner de France notée A en nutri-score

La pâte à tartiner Graine de choc, à base de cette légumineuse, possède la lettre A en nutri-score. « La seule en France« , se félicite Béatrice.

Depuis le début de l’année 2021, ce ne sont pas moins de 40 000 pots qui ont été vendus dans 200 points de vente, dont 150 réguliers. « La réussite du produit est due au côté local et éco-responsable mais la note nutri-score y a grandement contribué. »

« Aujourd’hui, on s’attaque à la gamme salée. » Car la féverole est un produit riche en protéines et en fibres. « Il y a toutes les protéines nécessaires pour un repas sans consommer de viande« , précise Béatrice. Velouté de féverole et chantilly au chèvre, salade croquante de féveroles, haricots, amande parmesan, féverole façon parmesan… Un livre de recettes est d’ailleurs en préparation. Une trentaine de recettes salées à base de féveroles s’y trouveront. « Il sera fini d’ici fin novembre. » Le but est de donner des idées aux cantines et, pourquoi pas, aux restaurateurs. « Il y a encore pas mal de travail autour de la féverole mais je suis fière« , conclut Béatrice. Et elle a de quoi !

Nicolas

Graine de choc, 30, rue du Cessier à Beuvraignes. Plus d’infos sur leur page Facebook, leur site internet, sur leur compte Instagram, au 06 64 69 79 00 ou à contact@grainedechoc.com.

A LIRE AUSSI

Léa

Léa

Picarde depuis toujours, je suis très attachée à ma région. J’aime découvrir de nouveaux petits coins de Paradis, et retrouver ceux que je connais depuis mon enfance. Les balades en forêt, les villages typiquement picards, les champs de blé : la Picardie est belle, riche, et j’en suis fière. Après un master de journalisme, il est évident pour moi de partager avec vous nos merveilleux endroits et nos habitants talentueux, à l’écrit et en photos.

inscription à la newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

faire un don