Austyn, le chanteur originaire de Soissons au groove pop revisité

Originaire de Soissons, Austyn compose ses propres titres. Après avoir frôlé de nombreuses fois les planches parisiennes, il propose un EP intitulé « Désordres » qu’il a composé au fil des années avec une griffe bien à lui.

« À l’âge de 8 ans j’ai eu ma première guitare. Après une année de cours de musique classique dissipée, j’achetais pour quelques francs à un voisin qui possédait internet, le Graal à cette époque, des partitions de Blur. Puis l’écriture est rapidement devenue importante, presque naturellement », confie Austyn. Plongé dans l’univers de la musique depuis tout petit, l’artiste va faire ses premiers pas sur scène à Lyon, sa ville d’adoption. Il va enregistrer un premier single en 2011, La Main sur les yeux, puis va rapidement défendre son art dans la capitale. L’année suivante, il sort un premier E.P Je Tabou, réalisé par Yann Cortella, qui a notamment été le batteur d’Alain Bashung et d’Indochine. 

Son univers : de la pop indé, un genre musical dérivé du punk qui a émergé au Royaume-Uni dans les années 80, à la fois mélancolique et surréaliste. Des textes pour le moins percutants qui lui donnent un petit air de Serge Gainsbourg, mais dont on lit une certaine architecture que l’artiste lui-même reconnaît : « Rien n’est écrit, c’est assez spontané. J’essaie d’être fidèle à ce qui me touche. Des textes où prime la musicalité. J’aime la science des détails de ces albums qui se dévoilent pleinement après plusieurs écoutes et surtout de renouveau continuel. »

« Ma première écoute percutante était L’homme à la tête de chou de Serge Gainsbourg, dont mon père passait la cassette en boucle en voiture. Je n’en comprenais encore ni le sens, ni la musicalité mais il y avait ce climat particulier, inaccessible pour mon jeune âge et terriblement attractif « , se souvient Austyn. Une signature que l’on peut retrouver dans ses titres, et notamment dans Grenson dont le clip a été réalisé pendant le confinement à l’aide d’images tirées du film American Look.

« C’est une vitrine d’art Populuxe qui correspondait par sa succession esthétique d’objets ménagers à la solitude ambiante contrastée par les scènes d’évasion dont fait également part le texte. Il annonçait aussi parfaitement le prochain titre à paraître par son aspect pop décomplexé », avoue l’artiste. Un nouveau clip sur le titre Brune Mandarine est prévue pour le vendredi 22 mai, qui annonce la sortie de l’EP.

Manon Capelle

Plus d’infos sur sa page Facebook.

À LIRE AUSSI

Manon

Manon

Originaire de Saint-Quentin, et passionnée d’écriture, j’ai fait des études de journalisme à Blanc, d’où ma terre natale m’a terriblement manquée. La culture, les sorties gustatives et les balades au coeur des beaux paysages nordistes sont mes vacations préférées.

inscription à la newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

faire un don