La P’tite Rebelle conseille à distance et livre pendant le confinement

Pas question d’abandonner ses clients pendant le confinement. Amélie, qui tient la boutique La P’tite Rebelle, à Dury, a mis en place une toute nouvelle façon de travailler.

Des pièces bohème, rock, ou encore vintage. Chez La P’tite Rebelle, à Dury, il y a des vêtements pour tous les goûts et  toutes les tailles. Amélie ne s’est pas laissée abattre par le confinement. Au contraire. Elle a mis en place une toute nouvelle façon de travailler, pour continuer à répondre aux demandes de ses clients.

« Après l’annonce du confinement, j’ai accusé le coup pendant trois jours. La trésorerie fondait. J’avais déjà beaucoup travaillé mon réseau sur Facebook, j’ai appuyé sur l’accélérateur. J’ai rapporté tout le stock à la maison, à 30 km de la boutique. » Tous les jours, avec ses enfants, Amélie réalise des photos en extérieur, avec des tenues différentes. « Je fais aussi des vidéos, où je présente un style, une marque, des produits. » Et surtout, elle répond à tous les messages. « Je n’ai pas d’horaires, je peux même répondre la nuit ! »

Pas question de lâcher ses clients. « Les gens apprécient le côté réactif et personnalisé. On s’envoie des photos, je les conseille, propose d’autres vêtements… Avec l’effet confinement, les gens ne vont plus au restaurant malheureusement, ils ont le temps de dépenser, de se faire des petits plaisirs. Il y a des achats coups de coeur et des achats coups de tête. Je vends beaucoup de bijoux, pas mal de t-shirts et de robes. » 

Une opération fin de série a été réalisée sur sa page Facebook. « Il n’y a quasiment plus de stock ! J’ai heureusement reçu quasiment 90% de la nouvelle collection avant la fermeture de la boutique. » Une fois le modèle choisi et la commande passée, trois solutions sont possibles : deux drives, des livraisons à domicile sur Amiens, ou des livraisons par Colissimo, au tarif de 5 euros. Amélie touche ainsi de nouveaux clients. « J’ai envoyé une commande aux Pays-Bas, mais aussi à Montdidier, au Luxembourg, en baie de Somme. Je vais réfléchir à une nouvelle organisation de la boutique, pour garder du temps pour le télétravail et les livraisons. » 

La P’tite Rebelle a ouvert le 1er avril 2019. « Mes parents commerçants ne voulaient pas que je devienne commerçante. Ouvrir une boutique de vêtements, c’était le rêve de ma mère avant d’être le mien. J’ai toujours été passionnée par les vêtements. J’ai travaillé 15 ans en banque, j’ai fait un burn out. J’ai eu un grave accident, je suis restée six mois en fauteuil, j’ai eu du temps pour réfléchir. » Réfléchir à une boutique qui s’adresse à toutes les femmes. « Mon mari m’a aidée, et je n’ai aucun regret concernant ce changement de vie ! »

Pourquoi La P’tite Rebelle ? « Depuis que je suis petite, ma mère dit que je suis une rebelle. J’aime les vêtements originaux, qu’on ne voit pas ailleurs. J’aime pas rentrer dans une case ! » Tout cela se reflète dans la boutique, qui propose des vêtements des marques Hipanema, King Louie, Frnch, et bien d’autres, souvent françaises, parfois hollandaises. « Ce sont des styles très différents, pour tous les budgets, du 34 au 52. Je vends aussi des bijoux, accessoires, parfums. »

Chez La P’tite Rebelle, on trouve également du cuir recyclé et des marques upcycling, qui réalisent leur collection à partir de chutes de tissus. « Je m’oriente de plus en plus vers des tissus éthiques et écologiques, tout en gardant un côté pointu. La boutique permet un voyage dans le temps et l’espace, avec des meubles recyclés, une tapisserie fleurie… » Un univers hors du temps à découvrir dès que nous en aurons la permission !

Léa

La P’tite Rebelle, 76 route nationale à Dury. Plus d’infos sur la page Facebook et le compte Instagram.

À LIRE AUSSI

Ici-là.fr, la plateforme créée à Amiens, vient en aide aux petits commerces

Ces fleuristes livrent du muguet le 1er mai

Un pack confiné avec de la bière, de la musique et de la lecture à Amiens

Léa

Léa

Picarde depuis toujours, je suis très attachée à ma région. J’aime découvrir de nouveaux petits coins de Paradis, et retrouver ceux que je connais depuis mon enfance. Les balades en forêt, les villages typiquement picards, les champs de blé : la Picardie est belle, riche, et j’en suis fière. Après un master de journalisme, il est évident pour moi de partager avec vous nos merveilleux endroits et nos habitants talentueux, à l’écrit et en photos.

inscription à la newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

faire un don