Quand Laurent fait découvrir sa maison troglodyte aux touristes

Les 180 mètres de la rue des Carrières, à Gouvieux, abritent des maisons troglodytes. Peu sont encore habitées. Laurent nous a ouvert sa porte.

« Wouah ! » C’est en général la réaction des touristes qui se baladent dans le village troglodyte de Gouvieux, et que Laurent accueille dans sa maison. C’est à peu près ce que nous avons ressenti, nous aussi.

« Certains voisins ne laissent pas rentrer les curieux. Moi, j’ai envie de faire découvrir ce qu’il s’est passé ici. Du dehors, on ne voit pas la même chose. » La maison est un peu sombre, il y fait frais, et surtout, les murs ressemblent à ceux des grottes.

« Elle appartenait à mon arrière-grand-mère, puis à ma grand-mère. Je l’ai rachetée. » Et Laurent l’a agrandie. « C’est moi qui l’ai faite. Avant, il n’y avait que cette petite partie. » 

Pour habiter dans une des maisons de la rue des carrières, il y a des règles à respecter. Une ventilation spéciale doit être mise en place, notamment.

« Avant, derrière, c’était un trou où on faisait du vélo quand on était petits. » Aujourd’hui, c’est un long couloir, plusieurs pièces, des chambres et une salle de bain. La dernière chambre donne sur les champs.

Il n’y a pas de radiateur, ni de chauffage. « La température est constante, entre 18 et 20 degrés, grâce à la craie. » À l’entrée, un four à pain. « Il y en avait un dans chaque maison. Je l’ai refait. Beaucoup ont tout cassé. » 

« Pendant les bombardements, les habitants se cachaient ici, c’était une vraie protection dans le village. Il y avait plein de petits habitacles. Mes grands-parents se faisaient payer en poulets ou en lapins. » Après avoir survécu aux bombes, pas de risque que la pierre s’effondre. Mais « il y a toujours des petits bouts qui s’effritent, il faut qu’il y ait une vie dans la maison. » 

Laurent tourne les pages de son album photos, raconte les travaux, ses découvertes. « J’ai retrouvé beaucoup de pioches, parce qu’ici, les gens creusaient la pierre. Mais aussi beaucoup d’objets personnels et plein de signatures. » 

Suite à son divorce, Laurent a dû mettre sa maison en vente. Mais pour l’instant, il continue à proposer une petite visite de sa maison aux touristes qui s’arrêtent, intrigués, devant sa fenêtre. « Beaucoup de monde se balade ici. Avant, il y avait une production de champignons de Paris, puis les gens sont venus travailler pour la pierre de Saint-Maximin. » 

Léa
Photos : Quentin

Plus d’informations en contactant Laurent au 06 72 98 06 68.

 

A LIRE AUSSI :

Une nouvelle bière en édition limitée pour la Petite brasserie picarde

Le prince Lobkowicz soutient son défi de dessiner 188 cathédrales

L’élite des pépiniéristes s’est donné rendez-vous au parc du château de Chantilly [Vidéo]

Léa

Léa

Picarde depuis toujours, je suis très attachée à ma région. J’aime découvrir de nouveaux petits coins de Paradis, et retrouver ceux que je connais depuis mon enfance. Les balades en forêt, les villages typiquement picards, les champs de blé : la Picardie est belle, riche, et j’en suis fière. Après un master de journalisme, il est évident pour moi de partager avec vous nos merveilleux endroits et nos habitants talentueux, à l’écrit et en photos.

1 commentaire sur “Quand Laurent fait découvrir sa maison troglodyte aux touristes

  • 28 mai 2018 à 15 h 16 min
    Permalink

    Merci pour votre reportage très joliment rédigé,de même que les photos sont sublimes .
    C’est avec plaisir que je vous adresse mes sincères remerciements.
    Cordialement Laurent.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *