Mélanie tourne un film pour que les règles ne soient plus taboues

Depuis quelques mois, l’Amiénoise Mélanie rencontre des femmes de tout âge pour tourner son film Sang protection. Celui-ci présentera les différentes protections hygiéniques qui existent. Un seul objectif : que les jeunes femmes osent se renseigner et parler de leurs règles. Une cagnotte est en ligne pour l’aider à réaliser le moyen-métrage. 

« Quand j’étais petite, les règles, c’était très tabou. Je n’en parlais pas avec ma mère, ni avec mes copines. » Alors, aujourd’hui, Mélanie, 29 ans, tourne un film pour que chaque jeune fille, mais aussi femme, ait toutes les informations nécessaires et n’ait plus à se poser de questions pour bien se protéger, notamment. « J’utilisais toujours la même marque de protections plastifiées, parfumées. J’ai eu des soucis, je n’ai plus pu les utiliser, alors je me suis renseignée. » 

« Le film que j’aurais aimé voir quand j’avais 14 ans »

Éponges naturelles, culottes lavables, tampons lavables, maillots de bain et même flux instinctif libre : Mélanie a découvert quantité de possibilités, qu’elle tient à faire découvrir à son tour. « J’avais 25 ans quand j’ai découvert tout ça, je me suis dit que je ne devais pas être la seule à ne pas connaître. » La jeune femme travaille dans l’audio visuel, c’est donc tout naturellement qu’elle a souhaité communiquer à travers un film, « le film que j’aurais aimé voir quand j’avais 14 ans. » Celui-ci devrait durer entre 25 et 35 minutes, « mais s’il y a beaucoup de rush intéressants, ce sera plus long, ce n’est pas grave ».

« Beaucoup de femmes ne connaissent pas le choc toxique. Certaines youtubeuses présentent des protections, mais ce sont des partenariats. Je tiens à dire tout ce qui existe. » Le tournage a commencé en juin. Avant d’écrire le scénario, Mélanie avait réalisé un questionnaire en ligne, pour savoir si des femmes étaient intéressées pour témoigner.  Mélanie a déjà interviewé douze femmes, de 13 à 43 ans, qui témoignent, dont plusieurs jeunes filles et est actuellement à la recherche de grands-mères.

Des réactions très différentes

« J’ai rencontré trois filles de 13 ans. L’une était gênée et voulait tout connaître, l’une n’était pas surprise mais ne se sentait pas vraiment concernée. La dernière était très ouverte et connaissait déjà les tampons bio lavables, grâce à sa maman. » Les réactions d’une femme à l’autre sont très différentes. « Ça dépend du profil, de l’éducation, du milieu social. On n’est pas tous égaux face à ce sujet. Les femmes étaient contentes de toucher les différentes protections, d’en avoir en main. »

Un panier rose rempli de protections hygiéniques

Mélanie filme également de fausses publicités pour les parodier. Dans le film, elle sera plutôt discrète. « On ne m’entendra pas trop, je serai invisible. On jouera peut-être des choses que les femmes racontent, et il y aura une partie panier rose, qui contiendra toutes les protections qui existent. Le ton sera léger. » Son projet est produit par la Fabrique d’image. Mélanie réalise et monte. Elle est accompagnée d’un cadreur.

Le budget ? 13 500 euros. Une cagnotte est en cours depuis juillet. Sur les 2 500 euros souhaités, 1 145 ont été récoltés pour l’instant. Ils serviront à la partie post production, pour la musique, la création d’affiches, le mixage, le son… « Il faudra que tout soit harmonieux. J’aimerais aussi faire des sous-titres français pour les malentendants, et d’autres pour les étrangers. » Objectif : envoyer le film à des festivals et par la suite, le mettre en ligne sur internet. Celui-ci devrait être terminé au printemps 2021.

Aujourd’hui, la maman de Mélanie est heureuse du projet dans lequel sa fille s’est lancée. « Quand on en parle, tout le monde en parle », sourit Mélanie. À nous désormais de faire circuler son beau projet.

Léa
Photo : Nicolas

Pour aider Mélanie, rendez-vous sur la cagnotte en ligne.
Plus d’infos sur sa page Facebook ou à sangprotection@gmail.com.

À LIRE AUSSI

Léa

Léa

Picarde depuis toujours, je suis très attachée à ma région. J’aime découvrir de nouveaux petits coins de Paradis, et retrouver ceux que je connais depuis mon enfance. Les balades en forêt, les villages typiquement picards, les champs de blé : la Picardie est belle, riche, et j’en suis fière. Après un master de journalisme, il est évident pour moi de partager avec vous nos merveilleux endroits et nos habitants talentueux, à l’écrit et en photos.

inscription à la newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

faire un don