Le musée de la vie agricole et rurale de l’Oise propose des activités confinées

Pour s’adapter au confinement, le Musée de la vie agricole et rurale de l’Oise, à Hétomesnil, propose des activités confinées pour les enfants sur les réseaux sociaux.

Habituellement, le Musée de la vie agricole et rurale de l’Oise transporte les visiteurs aux XIX et XXe siècles. « Le musée a officiellement été ouvert au public il y a 32 ans. Il s’agit d’une ancienne-ferme école du XIXe siècle où les garçons venaient apprendre le métier de paysan. Aujourd’hui, le musée  est tenu par une association avec à sa tête une présidente aidée d’un bureau et d’un conseil d’administration », explique Mélissa, coordinatrice de projets culturels chargée de la communication, des partenariats externes et des réservations.

Avec sa collègue Céline, coordinatrice de projets culturels chargée du management de l’équipe, des partenariats internes et du service comptabilité et Léonard, médiateur culturel, ils ont l’habitude d’accueillir le public. « Nous espérons que cela se terminera vite et que le public sera au rendez-vous. C’est pourquoi il faut continuer de leur présenter nos nouveautés afin de les faire revenir ou d’accentuer la communication afin d’attirer une nouvelle clientèle. » 

« En temps normal, nous attaquons la haute saison »

Alors pas question de briser ce lien, même à distance. « Il est véritablement important pour l’équipe de maintenir le lien sachant qu’en temps normal nous attaquons la haute saison en termes de visites guidées et partageons chaque jour notre passion avec les clients… Le manque de contact et des anecdotes échangées commence réellement à se faire sentir. » Le musée continue à vivre… virtuellement.

« Avec Céline, nous souhaitions continuer à faire parler du musée, à maintenir un lien avec le public, à continuer de diffuser un savoir, à faire perdurer les activités muséales… Il était aussi important pour nous de proposer du contenu pour les scolaires et ALSH, qui ont dû se résoudre à annuler leur sortie au sein de notre établissement. »

Fabriquer son propre dentifrice

Elles proposent donc, via les réseaux sociaux et leur site internet, différentes activités deux à quatre fois par semaine. « La grande majorité est à destination des familles. Le public premier visé étant les enfants, mais bien souvent il faut un adulte pour pouvoir les réaliser en toute sécurité. » Certaines sont toutefois également à destination des adultes. « Nous avons publié un atelier calligraphie, la création de dentifrice et il y en aura d’autres pour ravir les petits et les grands ! » 

D’où vient leur inspiration ? Certaines activités ont déjà été proposées aux enfants lors des P’tits Ateliers. « Nous accueillons les enfants sur les vacances d’avril et d’octobre et leur proposons des ateliers ludiques et pédagogiques. En avril 2019, nous avions fait une initiation au théâtre. En octobre 2019, nous avions proposé la réalisation d’une table de la nature », explique Mélissa. L’activité calligraphie vient quant à elle de l’atelier phare du musée, puisqu’elle se déroule habituellement dans la salle de classe reconstituée.

Des recettes zéro déchet

« Nous nous inspirons également des sites pour activités manuelles tels que : tête à modeler, momes.net… puis nous les remodelons selon notre besoin et nos envies. Nos propositions des recettes zéro déchet, comme la fabrication de dentifrice, viennent quant à elle de nos modes de vie et de nos idéaux. »

En plus des ateliers, l’équipe travaille sur des autonomies à présenter au sein du musée. « Nous profitons également de ce temps pour parfaire nos ateliers et planifier nos programmations de saison. Sur les réseaux, en plus des activités confinées, nous avons décidé de présenter l’équipe sous forme de portrait chinois. Nous présenterons également les objets préférés de chacun des membres de l’équipe et leur histoire. Et le plus important : nous sommes en train de travailler sur la création de partenariats avec d’autres acteurs culturels du département. »

Rendez-vous cet été pour le labyrinthe de maïs

Le musée est organisé en différents pôles : l‘évolution du machinisme agricole, la vie quotidienne aux XIXe et XXe siècles, les vieux métiers ou encore le patrimoine rural. « L’été, le Maïs Aventure ouvre ses portes : il s’agit d’un labyrinthe dessiné dans un champ de maïs. Nous y disposons différents parcours d’énigmes. Il y a également un circuit de kartings à pédales et des jeux picards à disposition », précise Céline. À l’extérieur se trouvent une aire animalière (dont un bénévole s’occupe quotidiennement) et une aire de pique-nique avec jeux. Tout ce dont on aimerait pouvoir profiter en ce moment.

Léa

Plus d’infos sur leur page Facebook, leur compte Instagram ou leur site internet dans la rubrique « activitésconfinées »

À LIRE AUSSI

 

 

Léa

Léa

Picarde depuis toujours, je suis très attachée à ma région. J’aime découvrir de nouveaux petits coins de Paradis, et retrouver ceux que je connais depuis mon enfance. Les balades en forêt, les villages typiquement picards, les champs de blé : la Picardie est belle, riche, et j’en suis fière. Après un master de journalisme, il est évident pour moi de partager avec vous nos merveilleux endroits et nos habitants talentueux, à l’écrit et en photos.

inscription à la newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

faire un don