Florence et Laurent ont hâte de retrouver leurs hôtes à Saigneville

Florence et Laurent tiennent des chambres d’hôtes à Saigneville, depuis 14 ans. En cette période de crise, leurs clients leur manquent énormément. Les réservations sont ouvertes, pour l’après confinement.

« C’est la première fois qu’on vit cette situation, et comme pour des milliers de petites entreprises, c’est compliqué. » Depuis 14 ans, Florence et son mari, Laurent, tiennent les chambres d’hôtes Le Village, à Saigneville, en baie de Somme. Ils proposent cinq chambres, dont une roulotte qu’ils ont aménagée en 2016, ainsi qu’un petit gîte, sur leur terrain. « Tous les clients qui ont annulé nous ont dit qu’ils reviendraient, c’est adorable ! »

Il faut dire que le couple est très investi, et toujours à l’écoute. « On avait une chambre supplémentaire que l’on a supprimée pour agrandir la cuisine et permettre aux clients d’être plus à leur aise. À l’époque, c’était novateur. » À ce moment là en effet, très peu de chambres d’hôtes existaient en baie de Somme.

« On a pris un virage à 90 degrés en 2006, raconte Florence. Mon mari travaillait dans une grande entreprise d’Abbeville qui a fermé. » Tous deux possédaient un ancien corps de ferme depuis 1989. Ils ont alors décidé de refaire les dépendances. « Mon mari travaille beaucoup avec ses mains. On n’était qu’une petite poignée à proposer des logements. Avant, les gens allaient plus en Normandie, puis ils ont découvert les plages magnifiques de la baie. Aujourd’hui, la région attire de nombreux amoureux de la nature et photographes. »

Et en aucun cas Florence et Laurent ne regrettent leur changement de vie. « Je ne sais pas où on en serait aujourd’hui ! On est très heureux, on essaie de faire le plus plaisir possible à nos hôtes. » Des vélos sont aussi à disposition pour découvrir en toute liberté les alentours.

Le Village est classé trois épis et est aussi très bien référencé par le Routard. « Le bouche à oreilles nous a beaucoup aidés, on a des hôtes formidables, des clients qui reviennent ou nous conseillent. Je suis contente quand ils repartent après avoir bien dormi et bien mangé ! »

Cette année, tout est forcément plus compliqué. « Toutes les réservations ont été annulées pour le mois de mars, ça continue bien sûr pour le mois d’avril. Les gens commencent aussi à annuler pour le mois de mai, ils ont peur et on comprend tout à fait. On compte sur les aides de l’État mais c’est très difficile, on marche sur des oeufs », se désole Florence.

Elle pense malgré tout déjà à l’après confinement, et à tous les petits-déjeuners copieux qu’elle pourra de nouveau préparer. « J’aime beaucoup parler avec les hôtes en début de journée. On propose des compotes, des fruits au sirop, de la confiture, du fromage… » Vous l’aurez compris, chez Florence et Laurent, les clients n’ont qu’à se détendre et à savourer l’instant.

« J’aimerais continuer jusqu’à très longtemps encore ! À chaque fin de saison, on est crevé, mais un mois se passe, et on est en manque ! » En ce moment encore plus qu’habituellement. « C’est fatiguant, mais c’est un vrai moteur, ça ferait trop mal de perdre tout ça. »

Alors le couple s’active pour que les prochains clients soient encore mieux accueillis. « On nettoie l’extérieur, on coupe, on fait de la petite peinture sur la roulotte, on passe le karcher sur les trottoirs. On mari adore travailler au jardin. J’espère que toutes les entreprises se relèveront, qu’on nous aidera à faire refonctionner tout ça. » C’est tout ce qu’on souhaite à Florence et Laurent : pouvoir continuer à faire rêver leurs clients.

Léa

Le Village, 2, rue Seigneur à Saigneville. À partir de 59 euros la nuit. Plus d’infos au 03 22 31 40 29, au 06 43 61 72 53, à le.village@orange.fr ou sur leur site internet.

À LIRE AUSSI

Léa

Léa

Picarde depuis toujours, je suis très attachée à ma région. J’aime découvrir de nouveaux petits coins de Paradis, et retrouver ceux que je connais depuis mon enfance. Les balades en forêt, les villages typiquement picards, les champs de blé : la Picardie est belle, riche, et j’en suis fière. Après un master de journalisme, il est évident pour moi de partager avec vous nos merveilleux endroits et nos habitants talentueux, à l’écrit et en photos.

inscription à la newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

faire un don