« On se retrouvera », le premier roman de Manon Capelle

Professeure documentaliste à Pont-Sainte-Maxence, Manon Capelle, Saint-Quentinoise d’origine, a publié son premier roman, On se retrouvera. 

Manon, 27 ans, est professeure documentaliste dans l’Oise, mais aussi correspondante pour L’Aisne Nouvelle, à Saint-Quentin. Longtemps, elle a photographié des jeunes mariés pour le journal. Une activité qui lui a inspiré son premier roman, On se retrouvera. « Parfois, je croisais des gens que je connaissais. Et je me suis dit : imagine, un jour tu tombes sur ton premier amour, qu’est-ce que tu ressentirais ? » 

Une scène que va vivre le personnage principal de son roman. La jeune Alice, appareil photo à la main est prête à immortaliser les mariés sortant de l’église… Mais tout va finalement basculer. Alice, a tout quitté ; ville, famille, amis, pour fuir son passé. Mais surtout pour oublier un homme qu’elle a aimé aussi vite qu’il a disparu. En emménageant en Allemagne, elle a enfui tous ses souvenirs au plus profond d’elle. Du moins c’est ce qu’elle croyait. Peu à peu, Alice perd cet équilibre fragile qu’elle avait retrouvé loin de sa région natale. Surtout qu’elle croise Martin partout.

Un personnage reflet de son auteure

Si l’histoire est entièrement fictive, les lieux ne peuvent que rappeler la Picardie, plus particulièrement Saint-Quentin et ses alentours. Notons aussi que le reflet de Manon se devine dans le personnage d’Alice, jeune auteure et correspondante pour un journal local, qui a peu confiance en elle. Une ressemblance entre l’auteure et le personnage  que Manon ne cache pas. « Pour inventer son caractère, je me suis inspirée de certaines difficultés que j’ai rencontrées par le passé. Notamment, l’acceptation et la confiance en soi. Il y a un peu de moi, j’avoue. Comme moi, mon héroïne est plutôt négative, et a dû mal à être indulgente avec elle-même. Je pense qu’elle correspond à la version de moi, lorsque j’étais adolescente. » 

« J’ai toujours eu beaucoup d’imagination »

C’est d’ailleurs à l’adolescence que la passion de l’écriture est venue. « Pour moi, c’était une échappatoire contre l’ennui. J’ai toujours eu beaucoup d’imagination, et c’était pour moi une façon d’extérioriser. J’étais très timide adolescente. J’ai commencé à écrire au collège : des poèmes et des nouvelles. Ensuite, l’écriture est devenue de plus en plus facile pour moi et sans m’en rendre compte je me suis mise à écrire des histoires plus longues. »

Elle en écrit d’ailleurs beaucoup sans les terminer. « Je n’aimais pas les fins. La première histoire que j’ai réellement finie, c’était au lycée. Une histoire d’amour avec une star, c’était la tendance ! Je l’avais fait lire à ma mère, mais je n’ai jamais osé la proposer à une maison d’édition. » 

Un dénouement inattendu

Mais en 2019, Manon saute le pas, avec On se retrouvera. La fin l’a convaincue, et a su convaincre les Éditions Maia. « Pour l’écriture de la fin, je ne planifie rien. Je découvre l’histoire au fur et à mesure, comme vous. J’avais bien imaginé une fin, mais ce n’est pas du tout celle-ci que j’ai finalement choisie. »

Les lecteurs ne pourront qu’être surpris en dévorant les dernières pages… Rien ne présage ce dénouement ! « Je me suis demandé si les aventures d’Alice et Martin auraient une suite. C’est pour cela que c’est une fin qui peut ne pas en être une. La vie est pleine de surprises, et aujourd’hui encore, je ne sais pas si je vais continuer à les faire vivre. »

Le roman, qui met Alice face à son passé malgré elle, a demandé un an d’écriture environ. « J’étais encore étudiante, et souvent, je pianotais autre chose que les cours. Ou plutôt, je faisais plusieurs choses en même temps. Cela peut paraître étrange, mais écrire m’aidait à me concentrer sur ce que disait le professeur. Lorsque je suis chez moi, j’écris forcément avec de la musique. »

Prochain héros : un chanteur rongé par la culpabilité

La jeune écrivaine est déjà entrain d’écrire une nouvelle histoire. « Mon prochain livre sera beaucoup plus dans le thriller. Il y aura aussi une part de fantastique et mon personnage central est un chanteur. Quentin est une star populaire, pour qui en apparence tout se passe bien. Mais il est hanté par le fantôme de son premier amour, Elina, qui s’est suicidée à cause de harcèlement scolaire. Rongé par la culpabilité, il s’interdit le bonheur. Tout bascule lorsque rentre dans sa vie une jeune femme dont la ressemblance avec son premier amour est troublante. D’autant plus, que cette nouvelle assistante s’appelle Elena et semble avoir une double personnalité… »

Léa

Il est possible de se procurer On se retrouvera sur le site de la maison d’édition Maïa, sur les sites de la Fnac, Culture et Amazon. Plus d’infos sur sa page Facebook.

À LIRE AUSSI

IL INVENTE UN LIVRE PERSONNALISABLE POUR LES PETITS

Léa

Léa

Picarde depuis toujours, je suis très attachée à ma région. J’aime découvrir de nouveaux petits coins de Paradis, et retrouver ceux que je connais depuis mon enfance. Les balades en forêt, les villages typiquement picards, les champs de blé : la Picardie est belle, riche, et j’en suis fière. Après un master de journalisme, il est évident pour moi de partager avec vous nos merveilleux endroits et nos habitants talentueux, à l’écrit et en photos.

inscription à la newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

faire un don