10 oeuvres à découvrir au musée du Cloître Saint-Corneille

Parmi les plus anciens monuments de Compiègne se cachent un petit coin d’une grande valeur historique et des traces de la ville au Moyen Âge : le musée du Cloître Saint-Corneille.

Le visiteur se sent tout de suite transporté dans une autre époque grâce à l’architecture médiévale et le jardin carré, entouré de grandes fenêtres qui permettent à la lumière du soleil d’éclairer les galeries et ses objets exhibés. La rénovation du musée rend encore plus agréable la visite. Sculptures religieuses, balades dans le jardin, activités prévues pour les enfants : l’endroit n’est pas très grand mais la découverte peut s’avérer longue. 10 choses à découvrir.

1 – Une maquette du XVIIe

La visite du musée commence avec une maquette interactive de l’ancienne abbaye qui dominait Compiègne. Avec un système de boutons et lumières (maquette de Jean-Louis Bernard qui a travaillé avec des étudiants de l’UTC) les curieux et même les enfants pourront en apprendre un peu plus sur l’Histoire de la ville.

2 – La vierge à l’enfant

La statue d’une magnifique vierge attire ensuite l’œil. C’est autour de cette oeuvre, aussi belle qu’ancienne, qu’a été construit le musée. Elle reflète la tendresse entre la mère et l’enfant, se regardant avec complicité et douceur, ce qu’on ne voit pas forcément sur les statues de l’époque. C’était un cadeau offert par Saint-Louis, au XIIIe siècle. On repère encore quelques traces de la peinture d’origine. Mais de ses jolis pieds argentés, il ne reste que l’histoire racontée dans l’audio-guide avec la voix d’André Dussolier. Les gens, en pélerinage, les lui touchaient et ils se sont alors abimés.

3 – Les Gisants du parc de Songeons

Jean de Humières et Jeanne de Hangest vivaient dans les villages alentours. Être représentés sous leur meilleur jour était important pour les gens qui voulaient aller au Paradis. Ces représentations très réalistes datent du XVIe siècle. À leurs pieds, des chiens, qui symbolisent la fidélité.

4 – Le triptyque de Crépy-en-Valois

Cette oeuvre du XVIe siècle intrigue particulièrement les enfants, qui cherchent les différences entre chaque scène.

5 – Le Christ séraphique

Il date du XV-XVIe siècle et est représenté avec six ailes d’ange.

6 – La Vierge à l’enfant

Une statue qui pendant longtemps n’avait plus de tête, et qui, souvent, choquait les enfants. Sa tête est désormais recollée. Cette statue se trouvait à l’hôpital rue des Domeliers, et de nombreuses mamans ont dû la contempler.

7 – Sainte-Catherine

Cette statue a été refaite en polychromie par les étudiants de l’UTC. Elle représente Catherine, que le roi voulait épouser, et qui a refusé à cause de sa religion. Le roi a alors envoyé 50 philosophes pour la raisonner. Elle ne renonce pas à son Dieu. Elle est condamnée au martyre de la roue mais s’en sort par miracle. Le roi lui a alors tranché la tête. Ici, c’est pourtant Sainte-Catherine qui tient l’épée…

8 – Les trois têtes

Elles datent du début du XIVe siècle et représentent Philippe Lebel, Saint Louis et Marguerite de Provence. C’est un habitant du coin qui a découvert ces trois bustes médiévaux en travaillant dans son jardin.

9 – Une statue vendue pour un Saint Louis

Mais qui n’en était pas une. C’est une restauratrice qui a travaillé sur d’autres oeuvres du même artiste qui s’en est rendu compte. Cette statue de Saint Joseph d’Arimathie date du début du XVIe siècle.

10 – Des statues sabotées à l’hôpital Saint-Nicolas

Elles ont été retrouvées à l’hôpital et avaient servi pour combler un trou et ainsi protéger les malades du froid. Elles datent du XVIIe siècle.

Léa & Constanza

Rue Saint-Corneille à Compiègne. Entrée gratuite pour les moins de 26 ans, 4 euros pour les adultes.

Rendez-vous sur notre page Facebook

pour tenter de gagner deux entrées

À lire aussi

Un pendule hors du temps

Précy-sur-Oise avant après, grâce à de vieilles cartes postales

10 endroits à découvrir en forêt de Compiègne

! Publicité !

Pour des bons plans partout en France, rendez-vous sur Pix.city
*
Constanza

Constanza

Je suis tombée amoureuse de la région depuis que je suis arrivée en France en 2016. Avec mon mari, on a l'habitude de se balader pour découvrir des coins de Paradis en Picardie. J'aime écrire, l'Histoire, les châteaux, les petits villages plein de charme et rouler sur les routes picardes tout en photographiant ces moments uniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *