Easy Noise : entre le rock des 70’s et le Grunge des années 90

Easy Noise sera en concert samedi 16 décembre à la MJC de Creil. Les rockeurs ont dejà sorti leur premier album. Rencontre musicale.

received_1558975604209340 (1).jpeg

Ils sont Picards, musiciens, et ils enchaînent les dates de concert dans les Haut-de-France. Après Lille et Creil, ils joueront aussi à Valenciennes et Crépy.

Antonin, le batteur, et Thibault, chanteur et guitariste, se sont rencontrés il y a sept ans et ont commencé à jouer ensemble. « Notre ancienne chanteuse et bassiste Kelly s’est ajoutée à la formation », explique Thibault. Tous les trois, ils participent au festival tremplin Emergenza grâce auquel ils jouent au Trianon en finale nationale. « Kelly a quitté le groupe pour ses études cet été et notre actuel bassiste nous a rejoint, Nathan. » Ensemble, ils ont joué à Lille, et à Creil, hier soir, samedi 9 décembre.

Romain et Thibault ont été plongés dans la musique dès leur plus jeune âge, grâce à leur père. Nathan a découvert sa passion grâce à son frère. Quant à Antonin, « il s’amusait depuis tout petit à frapper sur tout ce qui passait sous ses mains, ce qui l’a conduit petit à petit vers la batterie. »

Un groupe aux influences diverses

Leurs influences ? Du pop punk avec Sum 41 ou Blink 182, des groupes anglais et américains comme les Libertines ou Sonic Youth Sonic Youth. « Nathan est sûrement le plus éclectique de nous quatre, influencé par des groupes de métal comme Avenged Sevenfold ou du vieux rock des 70’s comme Led Zepplin en passant par des groupes comme Stupeflip. En ce qui me concerne je suis un inconditionnel des Foo Fighters mais je m’inspire aussi énormément de groupes de rock aérien comme Last Train ou Rival Sons. » Leur univers se trouve donc à mi chemin entre le rock des 70’s et le Grunge des années 90.

received_1558972304209670

Leur premier album, Loud Youth, est disponible. « C’était un réel pari pour nous. Nous avons été aidés de notre pote Corentin Flèche qui est en quelque sorte le cinquième membre du groupe. » Il a réalisé la majeure partie des enregistrements, du mixage, des arrangements et du mastering final. « Nous avons tout réalisé nous-mêmes, de l’enregistrements au pressage des CD. Cela nous a pris un an. »

received_1558972137543020

Parmi les titres, des morceaux retravaillés de leur premier EP et de nouveaux, composés entre l’EP et l’album. « Nous avons pu financer sa réalisation grâce à la générosité de nos fans qui ont participé au financement grâce aux préventes que nous avions mis en place. » La pochette de l’album a été réalisée également par une de leurs amies, Laurianne Daragon.

received_1558971080876459

« Petite anecdote : l’enregistrement des batteries s’est fait sur quelques jours et nous avions dormi au studio pendant ce temps. Ce qui était un enregistrement s’est finalement transformé en colonie de vacances avec des barbecues le soir et des douches au seau d’eau dehors, le tout agrémenté de boeufs interminables le soir. Une super expérience ! »

Et la suite ? « On réfléchit actuellement à un nouveau projet pour l’année prochaine et nous aimerions réaliser un clip. Il faut attendre que les idées viennent. »

Où croiser les rockeurs picards ? « Passez au Nessi, à Crépy-en-Valois sur la place de la République. »

 

Léa Czns

Loud Youth, disponible sur les plate-formes musicales comme Deezer, Spotify, iTunes,  à la fin de leurs concerts et au magasin de musique GuitarWars à Crépy-en-Valois. Prochains concerts ce samedi 16 décembre à la MJC de Crépy, le 5 janvier à Valenciennes au Liverpool accompagnés de Darwin Experience et le 10 février à Clermont de l’Oise au centre socio culturel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *