La douceur d’Angélique pour immortaliser vos souvenirs

Une journée ensoleillée du mois de juin, Angélique Gilson, photographe compiégnoise, nous a donné rendez-vous derrière le palais impérial, pour une séance photo en amoureux.

En attendant de pouvoir de nouveau immortaliser des événements, Angélique a ressenti le besoin de retrouver des modèles pour des petites séances. C’est ainsi qu’elle nous a rejoints à Compiègne, derrière le château, à l’ombre du berceau de l’impératrice. « Pour un shooting en forêt, évitez de porter du vert et du marron », nous avait-elle conseillé. Vêtus de bleu marine, nous avons suivi Angélique jusqu’à un tronc d’arbre couché. Si les premiers clichés peuvent impressionner, la photographe sait nous rassurer et tient à ce que nous soyons le plus naturel possible.

Pas de pose forcée, pas de regard imposé. Angélique se fait discrète pour capter la vraie image de ses modèles. « Je tremble encore lorsque j’envoie une galerie photos ! » Les modèles doivent tout autant attendre impatiemment les clichés. Ces derniers sont emplis de douceur, et très naturels.

« Une grande passion pour l’événementiel »

« Quand j’étais toute petite, j’aimais bien me balader avec un appareil photo. En licence, j’ai fait un stage au parc du Marquenterre, je me suis entrainée en photo. Puis durant ma thèse, je me suis intéressée à ce qui faisait vivre le campus, j’ai participé à l’atelier photo et à des événements. Je faisais des photos gratuites, les gens étaient contents et moi, ça me faisait de l’expérience. Un festival m’a ensuite recrutée. »  Angélique a ensuite acquis toute l’expérience nécessaire pour prendre confiance en elle et réaliser des photos de mariage. « Avant, je cumulais les photos et mon travail sur Paris. Depuis trois ans, je ne fais plus que ça ! » 

Alors, que ce soit lors d’une soirée d’entreprise ou pour le plus beau jour de votre vie : Angélique immortalise avec la même douceur et discrétion vos souvenirs. « J’ai une grande passion pour l’événementiel. Les gens sont stressés, dynamiques, il n’y a jamais de temps de mort ! Aucun événement ne se ressemble, tout est cool ! » Cette année a forcément été particulière. « J’ai réalisé un mariage le 29 février, celui du 14 mars a été annulé. J’avais un planning vraiment rempli : 17 mariages ! Le prochain devrait avoir lieu le 18 juillet. » 

« C’est important de connaître les mariés avant »

Des prestations qu’Angélique prépare avec beaucoup de soin. « On discute du projet, je propose un devis. J’ai un premier contact avec les mariés par téléphone, puis on se rencontre pour préparer le déroulé de la journée. Je suggère de réaliser une liste pour les photos de groupe, pour que chacun puisse profiter du vin d’honneur. On ne peut pas tout préparer, on ne sait jamais comment ça va se passer, mais c’est important de se connaître avant. Ce n’est jamais évident d’accueillir un étranger à son mariage. Et pour le photographe, c’est une grosse responsabilité d’être là le jour J, j’aime avoir des infos sur la personnalité du couple. » La jeune femme de 32 ans a aussi une vraie passion pour les photos de concert. « Je me suis retrouvée à un mètre de Keziah Jones ! » 

Et il y a également les baptêmes, les grossesses, les enterrements de vie de jeune fille… « J’ai beaucoup de souvenirs funs ! Quand les gens se lâchent, c’est génial. Par exemple quand une bande de copines se jettent à l’eau en plein shooting. Ce sont des bons moments aussi bien pour eux que pour moi. » Elle se rappelle une cliente, lors d’un EVJF : « Elle n’aimait pas les photos, mais voulait garder un souvenir de la journée. Elle m’a recontactée pour me dire qu’elle se mariait en 2021, elle m’a dit : ‘Je veux que ça soit toi!' »

Léa & Nicolas

Plus d’infos sur sa page Facebook, son compte Instagram, son site internet.

À LIRE AUSSI

Léa

Léa

Picarde depuis toujours, je suis très attachée à ma région. J’aime découvrir de nouveaux petits coins de Paradis, et retrouver ceux que je connais depuis mon enfance. Les balades en forêt, les villages typiquement picards, les champs de blé : la Picardie est belle, riche, et j’en suis fière. Après un master de journalisme, il est évident pour moi de partager avec vous nos merveilleux endroits et nos habitants talentueux, à l’écrit et en photos.

inscription à la newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

faire un don