Avec son nouveau single, Clément Boucaux soutient tous ceux qui luttent

Début mai, Clément Boucaux a partagé son single Bad Things. Un son pop sur lequel l’artiste isarien envoie un message de soutien à tous ceux qui luttent, que ce soit contre la maladie ou une addiction.

Passionné par la musique depuis l’adolescence, Clément a débuté la musique en famille avant d’en faire son activité professionnelle. « Mon frère jouait de la guitare, j’ai donc récupéré l’ancienne de mon père et commencé à jouer et chanter avec lui », se souvient Clément.

Par la suite, le jeune Compiégnois va apprendre la production électronique grâce à un ami DJ, et ne jamais s’arrêter. Il va travailler avec bon nombre d’artistes, et notamment Julian Perretta, pour qui il a composé le titre Miracle. Plus récemment, le musicien picard a collaboré avec Lenni-Kim pour  le single Minuit, mais aussi SNG & VICCI, le duo de rappeur compiégnois.

Le dernier titre qu’il a composé, sur les paroles de Ginni, est un projet plus personnel. « C’est un titre auquel je tiens vraiment. J’ai composé ce morceau juste avant le confinement. Il porte un message de soutien à toutes les personnes qui se battent chaque jour contre leurs problèmes, addictions, maladies… L’idée est d’essayer d’écarter les mauvaises ondes et de rester positifs », confie le Compiégnois. Sur ce titre, Clément n’est d’ailleurs pas seulement le compositeur mais aussi auteur et interprète. Si aucun EP n’est prévu à ce jour, il n’est pas improbable de voir le projet grandir au fur et à mesure. Un second single est d’ailleurs en composition.

En tout cas, pour Bad Things, l’aventure ne fait que commencer. « Le projet est né d’une envie d’aider mon père qui se bat depuis plus d’un an contre sa maladie. J’ai terminé ce morceau, commencé un mois avant le confinement, en y adaptant le tout aux évènements actuels », avoue Clément. Le tout donne une balade rythmique  entre émotion et positivisme. Un site internet, kickouthebathings.com, a été lancé pour l’occasion, qui dans le thème de la musique et sous la forme d’un mini-jeu permet aux utilisateurs de détruire les « Bad-Things » : « J’ai voulu que les gens puissent réagir concrètement et le confinement nous a tous rendus un peu geek. Je trouvais ça cool de le transformer en mini-jeu et grâce à mon meilleur ami qui a fait un super travail pour faire ça rapidement, ça a vu le jour! »

                                                                                                                                   Manon Capelle 

Plus d’infos sur sa page Facebook.

À LIRE AUSSI

Manon

Manon

Originaire de Saint-Quentin, et passionnée d’écriture, j’ai fait des études de journalisme à Blanc, d’où ma terre natale m’a terriblement manquée. La culture, les sorties gustatives et les balades au coeur des beaux paysages nordistes sont mes vacations préférées.

inscription à la newsletter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

faire un don