Roméo Elvis a mis une ambiance de malade à Amiens

Roméo Elvis a débuté sa tournée des zéniths par celui d’Amiens, samedi 2 novembre.

View this post on Instagram

C’est agréable.

A post shared by Roméo Elvis (@elvis.romeo) on

Des paires de vans, des t-shirts Lacoste, des bobs… Il suffit d’observer le public pour savoir quel artiste va faire son entrée sur scène. Le grand rideau du Zénith d’Amiens s’illumine de jaune. Toutes les têtes se lèvent vers le plafond. Il faut dire que Roméo Elvis avait spoilé son arrivée sur son compte Instagram, en postant une vidéo des répétitions, attaché à une corde.

« Je me rappelle quand j’avais 17 c’était ksaar… » Les premiers mots chantés de sa voix grave résonnent dans la salle en même temps que le rideau tombe. Casquette à l’envers, veste Lacoste orange, lunettes de soleil qui rappellent celles qu’il porte dans son dernier clip, le rappeur belge descend du plafond pour une entrée sur scène fracassante.

« Vous avez écouté Chocolat [ndlr : son dernier album] ? Vous l’avez acheté deux fois ? Vous avez écouté Morale 2 ? Vous avez écouté Morale 2luxe ? » Le public hurle, Roméo Elvis fait tomber sa veste, il entame Dessert, puis Drôle de question. Et ce sont les titres les plus écoutés qui s’enchaînent : Le Coeur des Hommes, J’ai vu, Tout oublier, 1000°C. Ce n’est plus que son ombre reconnaissable parmi mille qui se dessine sur les lumières roses et bleues.

Jusqu’à ce que tout s’éclaire de jaune. « Lénita, Lénita, inévitable et vitale… » À cet instant même le soleil renait dans le coeur de chaque fan, et chaque petit croco présent dans la salle saute, crie, filme. « C’est que le début Amiens, l’ambiance va encore plus monter maintenant ! »

Ce 2 novembre est une date particulière : Amiens est le premier zénith de la tournée. « Faites un cercle, plus grand, faites un autre cercle. » Les premières notes de Pogo enflamment encore plus le public mais… « Stop stop on arrête tout, on recommence. Pour nous c’est la première date, on n’est pas encore tout à fait au point mais vous vous devez l’être ! Faites des cercles plus grands, je veux voir de la violence ce soir ! » Le public s’exécute, ça se bouscule, ça hurle, la chaleur monte encore jusqu’au titre Parano où le t-shirt trop large et trempé de Roméo Elvis vole sur la scène. C’est l’apothéose autant sur scène que dans la fosse. Roméo Elvis saute, donne des coups dans le vide, se jette au sol…

Jusqu’au titre En Silence, qu’il a écrit pour deux amis disparus. Les lumières des téléphones s’allument, l’émotion s’installe, quelques larmes coulent. « Simon n’a jamais su que je percerai dans le rap, mais il serait tellement fier de vous voir aujourd’hui ! »

Les effets de lumières et jeux de scène reviennent. Bruxelles arrive. Roméo Elvis chante la Belgique, évoque le début de sa carrière, puis ses acouphènes. « Je suis tellement heureux, j’ai une femme incroyable, une soeur qui a une carrière incroyable, un public incroyable. Il y a quelqu’un ou quelque chose qui m’a donné tout ça, et cette personne ou cette chose s’est dit : ‘lui c’est un beau gosse belge, il faut quand même lui mettre un bâton dans les roues’ : et il m’a donné des acouphènes. » Handicap qui apparaît dans nombreux de ces titres, notamment Normal.

Roméo Elvis se débat sur une plateforme suspendue. « J’suis dans le mal et sans cette saloperie, l’oreille siffle encore. J’veux être normal, normal, normal… » La folie reprend dans le public. Les derniers titres s’enchaînent jusqu’au dernier, Malade. Et si « toutes ses ex sucent », Roméo Elvis n’est autre qu’un mec romantique qui transforme les gros mots en poésie. Puis Roméo Elvis disparaît dans les coulisses, après deux heures de show(colat).

Léa

Roméo Elvis reste encore un peu dans les Hauts-de-France… Il sera à Lille dimanche 10 novembre.

À lire aussi

Comme c’était bon de revoir Jenifer au Zénith d’Amiens

Kyo a tout envoyé en l’air au Zénith d’Amiens 

! Publicité !

Pour des bons plans partout en France, rendez-vous sur Pix.city
*
Léa

Léa

Picarde depuis toujours, je suis très attachée à ma région. J’aime découvrir de nouveaux petits coins de Paradis, et retrouver ceux que je connais depuis mon enfance. Les balades en forêt, les villages typiquement picards, les champs de blé : la Picardie est belle, riche, et j’en suis fière. Après un master de journalisme, il est évident pour moi de partager avec vous nos merveilleux endroits et nos habitants talentueux, à l’écrit et en photos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *