Les groupes locaux à l’honneur aux Zicophonies

La 24e édition du festival clermontois Les Zicophonies s’est déroulée vendredi 17 et samedi 18 mai. Ce deuxième jour, de nombreux groupes des Hauts-de-France se sont succédé sur scène. Une véritable occasion de révéler les talents locaux, et de faire de belles découvertes. Retour en images. 

C’est probablement le moment de l’année où la salle André-Pommery, de Clermont, vibre le plus. Le festival des Zicophonies y a pris place, vendredi 17 et samedi 18 mai. Sur scène, les groupes s’enchaînent et ne se ressemblent pas. Les têtes d’affiche, Collectif 13 et le Bal des enragés, côtoient les groupes locaux. Les rappeurs côtoient les métalleux.

Tous sont réunis autour d’un même public, qui n’hésite pas à mettre l’ambiance dans la petite salle des fêtes. Les membres de Split Brain connaissent bien l’Oise puisqu’ils y habitent tous et s’y retrouvent pour répéter. Ils ont présenté leur tout nouvel album, sorti la veille. « On a carrément hâte de monter sur scène et de présenter des titres inédits. »

Les Rappeurs en carton sont quant à eux venus de Lille. Ils viennent de descendre de scène. « C’était super cool, on a vu les gens sourire, lever les bras. On essaie de s’éloigner de là où on vient. C’est la deuxième fois qu’on vient en Picardie, et on jouera aussi aux Elyziks en juin à Saint-Quentin. »

Dehors, des ballots de paille sont installés autour d’une plus petite scène où s’enchaînent les concerts acoustiques. L’Ensemble des cuivres de l’EMC y a mis l’ambiance en reprenant de célèbres titres, comme celui de Daft Punk.

Quelques exposants régionaux étaient aussi présents.

Léa

Plus d’infos sur leur site internet.
! Publicité !

Pour des bons plans partout en France, rendez-vous sur Pix.city
*
Léa

Léa

Picarde depuis toujours, je suis très attachée à ma région. J’aime découvrir de nouveaux petits coins de Paradis, et retrouver ceux que je connais depuis mon enfance. Les balades en forêt, les villages typiquement picards, les champs de blé : la Picardie est belle, riche, et j’en suis fière. Après un master de journalisme, il est évident pour moi de partager avec vous nos merveilleux endroits et nos habitants talentueux, à l’écrit et en photos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *