Paris-Roubaix, retour sur un weekend sportif à Compiègne

Ce weekend, plus précisément dimanche avait lieu le mythique Paris-Roubaix. Course cycliste de renommée mondiale, l’enfer du Nord est la course tant convoitée par beaucoup de coureurs. Ils étaient tous présents ce weekend à Compiègne pour tenter d’accrocher ce rêve si compliqué à atteindre.

Samedi, c’est sur la place du Palais impérial de Compiègne que les spectateurs venus en masse de Belgique, d’Hollande ou d’Allemagne et bien évidemment les passionnés de toute la région se sont donnés rendez-vous pour venir admirer et soutenir leurs champions. Il s’agissait là de la présentation des équipes. L’occasion de découvrir les coureurs présents le lendemain en détail et sans la pression de la course. Ces derniers étaient alors décontractés et pour la plupart souriants. En marge de cette présentation, de diverses animations avaient lieu. Courses cyclistes, démonstrations de BMX, présence de la région, bourse d’échange autour du cyclisme….Les coureurs se sont donc présentés avec leur équipe respective sur la place du Palais à l’occasion de cette présentation dans un cadre impérial.

Dimanche, c’était le début des hostilités. Le départ de la course, ralliant Compiègne a Roubaix à travers 257 kilomètres dont plus de 50 faisant la renommée de la course et sa difficulté a été donné aux environs de 11h00, une fois les coureurs ayant signé un par un, attestant alors de leur présence et de leur départ. Il réalisaient alors un dernier salut au public compiégnois avant de s’élancer pour l’Enfer du Nord.

À l’arrivée, c’est le champion du monde de la discipline, Peter Sagan, finement parti durant la course qui s’est adjugé la victoire.

Le champion suisse, Silvan Dillier après une lutte pour la victoire termine tout de même deuxième, après s’être échappé durant toute la journée. C’est d’ailleurs le seul à être resté échappé tout au long de la course, jusqu’au mythique vélodrome de Roubaix.

Très remarqué durant la campagne de classique, Niki Terpstra à quant lui décroché une belle troisième place après sa seconde place de l’an dernier.

Les fans de cyclisme n’ont maintenant plus qu’un an à attendre avant de pouvoir de nouveau applaudir les coureurs tout au long du parcours et de ces multiples secteurs pavés et de profiter de cette atmosphère propre à cette course. On dit souvent que l’attente au bord de la route pour voir passer un peloton durant seulement quelques secondes est longue, croyez-moi, l’ambiance de cette course dans le Nord en est tout autre et l’attente ne se fait presque pas ressentir.

« L’enfer mène au paradis », ainsi est le slogan de Paris-Roubaix. Dimanche soir, s’est éteint un jeune coureur, venu réalisé son rêve d’enfant en participant à la course pour la toute première fois. C’est en chutant dans un des premiers secteurs pavés qu’il à été victime d’un arrêt cardiaque. Il ne s’en est malheureusement pas remis. Michael Goolaerts est décédé en pratiquant sa passion. Toutes nos condoléances vont à ses proches, à sa famille et à tous les gens qui l’aimaient

Michael Goolaerts au milieu.

Victorien Floury

! Publicité !

Pour des bons plans partout en France, rendez-vous sur Pix.city
*
Victorien

Victorien

Passionné de cyclisme avant tout, le sport est un domaine qui m'intrigue particulièrement. Toujours en quête de nouveauté et de concepts novateurs, j'ai à coeur de partager ce qui fait naître des talents en Picardie et des acteurs de cette réussite.

1 commentaire sur “Paris-Roubaix, retour sur un weekend sportif à Compiègne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *