Une cagnotte pour que les collégiens de Noyon puissent partir en Espagne

Deux enseignantes du collège Paul-Eluard de Noyon (classé en Réseau d’éducation prioritaire), organisent un voyage scolaire en Espagne, prévu au mois de mars. Pour financer certains frais, Emilie Laude, professeure d’histoire-géographie, et Agnès Ringama, professeure d’espagnol, ont lancé une cagnotte en ligne. Il manque plus de 1800 euros pour que le voyage se réalise. 

Le voyage scolaire des 3e du collège Paul-Eluard de Noyon, à destination de l’Andalousie, devrait avoir lieu du 9 au 14 mars. Leurs enseignantes, Emilie Laude (histoire-géographie) et Agnès Ringama (espagnol), ont lancé une cagnotte en ligne pour en réduire les frais. Le voyage se ferait en avion. Les élèves resteraient six jours sur place, en hébergement famille, avec des visites culturelles de Séville et Grenade, et une matinée dans un établissement scolaire.

Ce projet s’inscrit dans une dynamique d’échanges, déjà réalisés à deux reprises. « Nous avions reçu des élèves espagnols et leurs professeurs venus de Grenade à Noyon et dans le Noyonnais. Notre partenaire ne pouvant poursuivre l’échange, nous avons décidé de nous tourner vers un voyage scolaire », racontent les deux professeures. Toujours vers l’Andalousie, une région qu’elles décrivent comme un « vrai coup de cœur tant personnel que professionnel ».

« Partir pour grandir et s’enrichir »

« Je suis professeure d’espagnol et l’Espagne est clairement plus accessible que l’Amérique latine. L’Andalousie est au cœur de nos projets interdisciplinaires depuis plusieurs années déjà, notamment pour son multiculturalisme présent dans l’architecture, la culture, la langue et la gastronomie, héritage de la cohabitation entre les trois religions (chrétienne, musulmane et juive) pendant neuf siècles dans une partie de l’Espagne, notamment », explique Agnès. L’Andalousie permet d’aborder le projet sur le vivre-ensemble : l’engagement, la responsabilité, le savoir-vivre, l’estime de soi, l’ambition. « Ce sont des valeurs que nous voulons véhiculer à nos élèves. Ils manquent clairement d’assurance et d’ouverture culturelle, l’objectif est donc de partir pour grandir et s’enrichir. » Le voyage pourrait aussi donner aux élèves une idée de sujet pour l’épreuve orale du brevet national, en juin.

Les deux femmes avaient déjà essayé d’organiser ce voyage en 2017. Le projet n’avait pas été concrétisé car trop coûteux. « Nous avons alors revu nos objectifs, et proposé à la rentrée de 2018 une nouvelle formule. Mais il manque encore de l’argent pour que notre budget soit à l’équilibre. »

« Si le minimum de 1844 euros n’est pas atteint, le voyage scolaire ne pourra pas se faire. »

D’où le lancement de cette cagnotte, sur la Trousse à projet. « C’est une plate-forme dédiée aux projets pédagogiques, sécurisée et agréée par l’Education nationale, car la somme nous restant à financer est assez conséquente et nous étions conscientes que des actions diverses de vente ou autres n’auraient pas suffi. » Il manque au total 1844 euros pour que le voyage se réalise. Des partenaires privés ont déjà été sollicités (Rotary club et FSE), ainsi que la contribution financière des familles. Ce samedi 19 janvier, 995 euros étaient récoltés, soit plus de 50 % de la somme espérée. « Si le minimum de 1844 euros n’est pas atteint, la cagnotte ne sera pas débloquée et le voyage scolaire ne pourra pas se faire. »

Les deux professeures ne sont pas prêtes à abandonner le projet et ont déjà pensé à d’autres actions : la vente de bulbes et de chocolats de Pâques notamment. Surtout face à l’engouement des élèves. « Dès l’annonce du projet et du voyage scolaire, les élèves ont sauté de joie et commencé à rêver. Mais nous avons tenu à être honnêtes dès le départ en leur disant que cela devait être confirmé suite à la collecte de la somme manquante. » Plusieurs élèves ont alors proposé des actions : grille de loto, vente de crêpes… « Ils sont hypermotivés et surtout réalistes sur l’enjeu et les efforts à fournir. »

« Comment ne pas vouloir maintenir la flamme qui brille dans les yeux de nos élèves depuis ce jour d’annonce ? »

Les parents d’élèves aussi ont tout de suite adhéré : « Certains ont même proposé leur aide pour toute sorte de promotion de la cagnotte. D’ailleurs, les proches ont très bien joué le jeu au début en étant les premiers donateurs. » Il reste une semaine pour atteindre les 1844 euros. « Comment ne pas vouloir maintenir la flamme qui brille dans les yeux de nos élèves depuis ce jour d’annonce ? Alors on y croit, et on fait tout pour ! On compte sur les dons, défiscalisables bien sûr. »

Léa

Pour soutenir le projet, c’est ici.
! Publicité !

Pour des bons plans partout en France, rendez-vous sur Pix.city
*
Léa

Léa

Picarde depuis toujours, je suis très attachée à ma région. J’aime découvrir de nouveaux petits coins de Paradis, et retrouver ceux que je connais depuis mon enfance. Les balades en forêt, les villages typiquement picards, les champs de blé : la Picardie est belle, riche, et j’en suis fière. Après un master de journalisme, il est évident pour moi de partager avec vous nos merveilleux endroits et nos habitants talentueux, à l’écrit et en photos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *