Voyage culinaire chez les Ferlempins pour la Saint-Valentin

Nous vous avions parlé de ce petit restaurant bien sympathique au mois de décembre. Pour la fête des amoureux nous n’avons pas pu résister. Nous sommes retournés dîner chez les Ferlempins pour le grand plaisir de nos papilles.

Lorsque quelqu’un va chez les Ferlempins c’est avant tout pour s’amuser et se laisser surprendre par l’étonnante cuisine d’Antoine, qui se plie en quatre pour composer des plats, tous plus savoureux les uns que les autres. Son frère Guillaume, lui, propose des vins ou boissons qui se marient au mieux avec votre menu, pour une expérience parfaite.

Un Saint-Valentin gastronomique

En ce jour spécial, les tables étaient vêtues de pétales de roses. Il n’y avait pas de menu particulier pour l’occasion, car ceux-ci sont renouvelés très régulièrement. Les deux frères font leurs maximum pour favoriser des producteurs locaux. Ils vont jusqu’à donner leurs excellentes adresses sur leurs cartes et leur site internet.

Rien de tel qu’une bière du Maître brasseur Craig Allan, du Plessis de Roye dans l’Oise pour commencer. La Black Market bière noire, amère et crémeuse et la Cuvée d’Oscar, très fruitée, portant le nom de leur fils de trois ans ont préparées notre palais.

Nous nous sommes alors laissé séduire en entrée par « l’oeuf frit, crème de haricots de Soissons, lard et cheddar » très léger et plein de saveurs, qui se mélangent bien en bouche.  Le tout en gardant un esprit chic et raffiné, comme d’habitude, car ici, chaque ingrédient est travaillé avec soin.

Nous avons continué notre voyage culinaire avec la « cuisse de lapin marinée à l’asiatique et confite, jardinière de légumes d’hiver » et la « queue de lotte, gnocchis de patate local douce et crème de curry rouge ». Chaque viande était parfaitement cuite et fondait lorsqu’on la touchait avec le couteau. Les légumes ajoutaient de la couleur et du goût à l’assiette.

Le voyage gustatif a pris fin avec « l’amande, poire et yuzu » et le « pain d’épices perdu et sorbet orange ». Le premier dessert combinait différentes textures. L’acidité du fruit japonais apportait sa touche d’originalité avec le côté sucré de la poire. Pour le deuxième dessert, oubliez le pain perdu que vous connaissez déjà. Ici, il est présenté d’une manière raffiné avec le pain épicé ainsi qu’un sorbet bien frais et acide qui pétille.

Si vous êtes curieux et vous souhaitez vivre une expérience culinaire hors du commun, vous êtes à la bonne adresse. Les avis des clients que vous trouverez un peu partout sur la toile en témoignent. L’établissement est souvent complet donc pensez à réserver.

Emmanuel & Constanza

Les Ferlempins, 13, cours Guynemer à Compiègne. Plus de renseignements au 03 44 83 53 31.

À lire aussi

Les Ferlempins, du bonheur à table

L’Atelier du 22, simplement delicieux

Un dîner presque parfait au Stromboli

! Publicité !

Constanza

Constanza

Je suis tombée amoureuse de la région depuis que je suis arrivée en France en 2016. Avec mon mari, on a l'habitude de se balader pour découvrir des coins de Paradis en Picardie. J'aime écrire, l'Histoire, les châteaux, les petits villages plein de charme et rouler sur les routes picardes tout en photographiant ces moments uniques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *