Régine Heindryckx : « J’ai repris cette deuxième passion, car on n’oublie jamais ses rêves »

Régine Heindryckx, Picarde d’origine et fondatrice de l’association compiègnoise Lire c’est libre,  signe avec Ces mains sur mon corps, son premier roman. Un livre évoquant la libération sexuelle, mais aussi le sexisme.

régine 3

Née dans la région, l’auteure est avant tout une femme dynamique qui aime se divertir avec la culture. Que ce soit le cinéma, la musique, les expositions, les musées… Régine Heindryck ne compte pas. Comptable de formation, l’écrivaine n’oublie pas, outre la marche et la cuisine, sa première passion : la littérature.  « Mes parents ont dû me laisser tomber dans une marmite de livres dans ma tendre enfance. J’ai toujours lu. Le club des cinq, Alice… À 15 ans, en chipant à mon père Rebecca de Daphné du Maurier, j’ai réalisé que je m’immergeais complètement dans les histoires », confie la picarde.

Au printemps 2013, cette mordue de littérature organise son premier salon littéraire, avec la présence de 24 écrivains, dans une brasserie à Saint-Germain-des-Près. Quelques mois après, l’association Libre c’est libre écloT. L’organisation anime des cafés littéraires sur Paris, et prépare déjà son 4e salon du livre à la mairie du 7e arrondissement à Paris, le samedi 27 janvier.

En Picardie, la fondatrice organise tous les mois avec la secrétaire de l’association, des manifestations en partenariat avec le cinéma Majestic de Compiègne.

régine 2

L’écriture suivra de près sa passion pour la littérature, même si Régine Heindryckx l’a délaissée quelques temps pour des raisons personnelles : « J’ai écrit jusqu’à l’âge de 17 ans. Un incident est survenu dans ma vie, et j’ai mis à la poubelle toutes mes nouvelles. J’ai repris cette deuxième passion, il y a cinq ans, car on n’oublie jamais ses rêves ».

régine 1

C’est ainsi que va naître Margot, le personnage principal de Ces mains sur mon corps. Une héroïne à l’apparence fragile qui va se métamorphoser et sortir de  sa chrysalide en femme plus forte, suite à sa rencontre avec Romain lors d’un repas d’affaires. En découvrant les plaisirs sexuels, se réconciliant avec son corps, Margot va se retrouver projetée dans son passé.

« En déjeunant au bureau, un mot a trotté dans ma tête : attouchement, et je suis partie avec ce fil conducteur pour écrire une fiction. Ensuite, l’idée m’est venue de parler de la libération de la femme », confie Régine Heindryckx. Après un parcours du combattant auprès de maisons d’éditions, la Compiégnoise se lance dans l’auto-édition. Un moyen de ne pas laisser ce récit dans un tiroir.

régine 4

Manon Capelle

Le livre est disponible sur Amazon, en livre broché et ebook.

1 commentaire sur “Régine Heindryckx : « J’ai repris cette deuxième passion, car on n’oublie jamais ses rêves »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *