Mehdi, de Riviera : « Les tournées, c’est le meilleur moment pour nous »

Riviera, les trois rockeurs compiégnois, ont annoncé les premières dates de leur prochaine tournée. L’occasion de jouer les titres de leur premier EP mais aussi de faire découvrir des nouveaux morceaux au public. Ils joueront à Pont-Sainte-Maxence le 18 novembre. Rencontre avec Mehdi, chanteur et guitariste.

Mehdi, est-ce que tu peux nous présenter le groupe et son histoire ?

Alors Riviera, c’est à la base un groupe de quatre amis (Jérémy, Alexandre, Robin et moi), à trois aujourd’hui, qui font une rencontre hasardeuse mais heureuse lors d’un concert dans un petit bar anglais et décident de quitter leur Picardie natale pour aller travailler plusieurs mois dans le Nord de l’Angleterre, à Sheffield. Nous sommes tous les trois originaires de Compiègne, nous avons grandi ici avec une histoire commune entre nos familles qui lie certains d’entre nous, c’est vraiment une affaire de longue date !

1081745_10213705432647887_331092487_n

D’où t’es venue la passion de la musique ?

À titre personnel, j’ai commencé la musique assez tôt au Conservatoire de Musique de Compiègne où mon père travaillait. Mais pour être honnête, à l’époque, c’était plus une corvée qu’autre chose, les cours étaient beaucoup trop théoriques pour moi qui ne suis pas très scolaire. Je suis revenu à la musique vers mes 13 ans, après un voyage scolaire au Pays de Galles lorsque j’étais en 3ème où j’ai pu découvrir le rock anglais du début des années 2000.

Quels sont vos références  et votre univers musical ?

Elles varient pas mal entre nous, mais celles sur lesquelles nous nous retrouvons à 100% sont Foals, Queens of the Stone Age et Phoenix principalement. Il y a trois univers vraiment différents entre ces groupes mais tous ont un truc qui nous rassemble. Notre univers musical est un mélange de pop, de par le côté dansant de certains morceaux et de rock, via l’énergie et la puissance que l’on essaie d’ajouter dans certains riffs comme sur le premier disque. Nous considérons notre musique comme une sorte d’invitation au voyage avec différents tableaux en adéquation avec ce que les paroles racontent.

Vous avez sorti un premier EP, tu peux nous en parler ?

Ce premier disque était très important pour nous. C’était l’aboutissement de deux années de travail et la clôture d’un chapitre avec le départ de Robin à la batterie à cause de ses études. On l’a vécu un peu comme une transition dans notre histoire commune, une sorte de page qui se tournait. Les morceaux qui figurent sur ce disque font partie des premiers morceaux composés, nous avions donc à cœur de les sortir afin de pouvoir enchaîner sur la suite de manière logique avec le sentiment du devoir accompli.
En terme de succès, nous avons été franchement surpris. Nous avions prévu un stock de 500 disques que nous pensions mettre des mois à écouler pour au final se retrouver en rupture au bout de trois dates en Allemagne (rires). Pris de court, nous avons dû en faire represser en urgence et en graver nous-mêmes entre temps pour les offrir sur les dates qui suivaient. Je ne pense pas qu’on puisse parler de succès à proprement parler car ça reste minime au final en terme de ventes, mais nous étions déjà très heureux de tous les écouler !

Un autre est prévu ? ainsi qu’un clip ?

Tout à fait, notre prochain disque sortira début novembre. Ce sera encore un trois titres, probablement accompagné d’un clip en effet. Nous avons tourné pas mal d’images, notamment avec une amie à nous vidéaste (Noémie Danjou) lorsque nous étions à Nice et pensions en faire un petit clip « de vacances ».

Une anecdote d’un moment en studio à nous raconter ?

Un sacré paquet ! (rires) Mais la plus drôle est sûrement l’enregistrement de la fin du titre « Holy Fire » sur lequel Guillaume, l’un des ingés du Riviera Crew avec Greg et Romain, a enregistré une voix que l’on a gardée ! On a ri pendant des heures et des heures avec ça !

Une nouvelle tournée est annoncée sur votre page Facebook, quels morceaux allez-vous jouer ? Allez-vous présenter des nouveautés ?

La nouvelle tournée sera en effet l’occasion de présenter de nouveaux titres. Il y aura ceux présents sur l’ancien disque, le nouveau, mais aussi des morceaux jamais joués en live. Le tout accompagné d’un travail au niveau de la scénographie, plus ou moins conséquent selon la taille des scènes. Il y a vraiment un effort supplémentaire fourni sur tout cet aspect pour proposer un spectacle plus qu’un simple concert, ce que nous n’avions pas pu faire par le passé, faute de temps.

Avez-vous toujours aussi hâte de partir en tournée et de rencontrer le public ?

C’est le meilleur moment pour nous. C’est la finalité d’un travail de plusieurs mois qui aboutit par une série de concerts et de rencontres. On découvre aussi de nouveaux lieux, de nouvelles cultures et on se fait parfois même de nouveaux amis ! C’est vraiment ce que l’on préfère, aussi pour l’ambiance de tournée au sein du groupe. Voyager à sept dans un van pendant des semaines, rire, dormir, avoir mal au dos à cause des sièges inconfortables au bout de 8 heures (rires). Blague à part c’est vraiment ce que l’on préfère.

19964897_10213705432687888_487251210_n

19970850_10213705432607886_560494068_n

19987301_10213705432807891_415894487_n

Vous avez une date à Pont-Sainte-Maxence, est-ce qu’il y en aura d’autres en Picardie ?

Bien sûr ! Nous n’avons pas encore révélé toutes les dates mais en effet, il y en aura d’autres dans les alentours, notamment sur Compiègne et Beauvais, Creil également. Mais la date du 17 novembre avec Last Train à la Manekine sera une sorte de grande fête pour laquelle nous préparons quelque chose de vraiment spécial.

Si on veut vous croiser en train de boire un verre à Compiègne, à quel bar on doit aller ?

Bonne question ! (rires) Nous ne sommes pas tout le temps sur Compiègne, mais lorsque nous y sommes et que nous avons le temps de boire un verre, c’est souvent chez Marco ou au Macadam pour les soirées concerts qu’ils organisent régulièrement.

Propos recueillis par Léa Czns

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *