Valentine Choquet : « J’aime bien quand les gens me disent qu’ils se reconnaissent dans mes dessins »

Valentine Choquet, jeune picarde de 16 ans, est passionnée de dessin. Et elle a de nombreux projets. 

Elodie : Le dessin est ta passion. Depuis quand dessines-tu ?
Valentine : Je dessine depuis l’âge de 5 ans mais j’ai commencé vraiment au collège. C’est devenu réellement un exutoire.

As-tu déjà pris des cours de dessin ?
Non, jamais, c’est venu tout seul à force de pratiquer, peut-être en observant les choses. Je n’en ai jamais eu besoin.

As-tu participé à des concours dans ce domaine ?
Oui, j’ai fais plusieurs concours de dessin sur Amiens (« On a marché sur la bulle »). J’ai commencé en 2009, grâce à une de mes profs. C’est là que j’ai créé une héroïne qui me ressemble, celle que l’on retrouve dans beaucoup de mes dessins.

Tes profs t’ont encouragée à continuer dans cette voie ?
Oui. En CM1, par exemple, on devait participer à un concours de bande dessinée d’Amiens. J’y ai participé avec ma classe et aussi toute seule. En 2011 et 2012, j’ai été lauréate deux fois de suite. J’ai tenté ensuite le concours de bande dessinée du festival d’Angoulême (un peu plus grand cette fois-ci). J’ai été classée écureuil d’or. Le fait d’être retenue fut pour moi une grande surprise. C’était une superbe expérience !

Quelles sont tes références dans le domaine du dessin ?
Au niveau de mes références, j’aime certaines bandes dessinées telles que Seuls ou encore Yatuu. Mais je dessine plus que je ne lis. Je fais d’ailleurs un petit coucou à deux dessinateurs que j’aime beaucoup : Barty par exemple (blog BD « Ma vie avec les adultes ») ou Greg Blondin (dessinateur amiénois de bande dessinée, faisant aussi des vidéos sur Youtube).

Comptes-tu faire de ta passion ton métier et être reconnue un jour ?
Je suis consciente que ce n’est pas si facile, que je ne peux pas vivre de mes dessins comme ça. Il faudra que je passe par un autre métier avant. Je pense commencer par le design graphique. J’aimerais tellement intégrer une grande école comme l’E.S.A.D (Ecole Supérieure d’Art et de Design d’Amiens), mais aussi l’Ecole Estienne ou encore l’Ecole de l’Image Gobelins à Paris.

Un projet futur dans la bande dessinée ?
Bien sur ! Je suis d’ailleurs entrain de travailler dessus, même s’il est vrai que le lycée me prend beaucoup de mon temps. On peut déjà dire que ça avance. Ce ne sera peut-être pas spécifiquement dans le domaine de la bande dessinée, mais en dessin oui. Je prévois ce projet là depuis 2014, mais c’est vraiment en arrivant au lycée que j’ai commencé à  réellement travailler dessus.

Ça fait quoi de voir son dessin dans Touche Pas à Mon Poste et d’être remerciée par Marina Kaye ?
Touche Pas à Mon Poste, c’était en 2013 : j’ai hurlé ! Je ne m’y attendais pas du tout. C’est énorme que Cyril Hanouna ait montré mon dessin à la télé. Ça fait toujours plaisir !
Marina Kaye, ça fait vraiment plaisir d’avoir des surprises comme celle-ci. Car c’est surtout beaucoup de patience.
En avril 2016, j’ai eu l’occasion de faire une commande pour l’équipe de Manu dans le 6/9. Le dessin a été partagé sur leur compte Instagram officiel. J’étais entrain de travailler et mon portable s’est mis à vibrer sans s’arrêter parce que je recevais de nombreuses notifications suite à cette publication.
J’aime aussi parfois dessiner pour le chanteur Olympe, que je soutiens depuis ses débuts. C’est de lui que j’ai été fan pour la première fois et lorsqu’il commente mes dessins, c’est cool ! 

Dans tes dessins, tu traites beaucoup de l’actualité (les attentats de Charlie Hebdo, le burkini, les élections présidentielles, etc…). Est-ce pour toi une manière de faire passer certains messages avec « légèreté » ?
Je dessine simplement. Oui, bien sûr, pour faire passer quelques messages. C’est normal pour moi. J’ai vraiment besoin dans ce cas de m’exprimer ainsi. Egalement par le biais de l’ONG/CNRJ (organisation qui se préoccupe de la jeunesse dans le monde), pour laquelle je dessine depuis 2013 et dont j’apprécie l’engagement. 

Tu mets aussi beaucoup de ta vie dans tes dessins. Le dessin te permet-il de t’exprimer plus facilement ?
Oui, ça me libère un peu du quotidien, quand j’ai passé une mauvaise journée par exemple. En fait, j’analyse beaucoup ce qui se passe autour de moi (les gens, les différentes situations, etc…). Mais également tout ce qui touche au quotidien, comme ma famille, ma sœur. Je retranscris les choses. J’aime bien quand les gens me disent qu’ils se reconnaissent dans mes dessins.
Il y a eu une évolution dans mes dessins au fil du temps. Au fur et à mesure, on peut voir que mon héroïne, au départ enfant, un peu « gentillette », se retrouve désormais affublée d’une mèche rebelle. 

Une autre passion en dehors du dessin ?
J’ai beaucoup d’humour (mais seules ma mère et ma sœur peuvent en témoigner !). Sinon, je prends énormément de photos. On peut dire que c’est une autre passion avec le dessin. Je fais aussi des logos, j’aime beaucoup ça. Et j’aime énormément m’exprimer en anglais. 

Valentine nous a fait le plaisir de nous offrir un dessin spécial « On teste pour vous en Picardie », et on l’adore ! Vous aussi ?

17668815_1411465885580742_622825959_o

Vous pouvez retrouver Valentine sur son compte Instagram consacré à ses dessins mais aussi sur son blog http://sissi-saprine.overblog.com/. Une artiste picarde à découvrir !

Elodie

A lire aussi :

DE RIHANNA À ADÈLE, IL DESSINE DES PORTRAITS EN NOIR ET BLANC

MORDOYA, UN PASSIONNÉ DE DESSIN SUIVI…PAR DES RUSSES !

MÊME PARIS HILTON AIME SES DESSINS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *