L’hôtel de ville, visage de l’art gothique à Saint-Quentin [photos]

Emblème de la ville, et joyaux central de l’art gothique qui anime la richesse architecturale et historique de la cité des Pastels, l’hôtel de ville de Saint-Quentin attire l’œil sur sa façade atypique. L’intérieur, où se déroule réunions officielles et mariages, est tout aussi agréable à regarder. Tour d’horizon sur ce monument historique unique.

Sur sa façade aux pierres blanches, une multitude de petites figurines qui nous révèlent une subtilité de l’esprit mélangeant aussi bien le réel que l’imaginaire. Les piliers de la bâtisse affichent animaux, fonctions importantes et secondaires de l’époque … Et autres sculptures dévoilant la vie de la cité à l’époque. En ouvrant grand les yeux, il peut y être découvert le bouffon, un loup se transformant en berger. Mais aussi la boulangère ou encore la jeune fille lutinée par un diablotin. Des subtilités que l’on ne voit que si l’on prend le temps de bien regarder. En levant un peu plus encore les yeux, ce grand monument dévoilera les deux symboles de la ville ; le singe pour la générosité et le chien pour la fidélité. Mais surtout, le carillon avec ses 37 cloches qui résonnent encore grâce à un instrumentaliste local. Francis Crépin, montrera toute sa splendeur.

Différents styles architecturaux

Dans le hall d’entrée, au style moyenâgeux, les représentations qui ornent les piliers viennent rappeler les thématiques abordés à l’extérieur. Achevé en 1509, l’hôtel de ville arbore différents styles architecturaux. La salle des mariages avec son haut plafond en bois et les étranges têtes qui semblent pousser des poutres est là encore une prouesse architecturale. La cheminée, et sa décoration atypique, offrent un subtile mélange d’art gothique et de Renaissance avec ses figurines aux tenues flamboyantes. Quelques tableaux retraçant les épisodes de l’histoire tragique de la ville agrémentent le lieu. À côté, la salle du conseil municipal réalisée en 1925 dévoile sa décoration Art Déco avec ses fresques en chêne de Hongrie.  Elles représentent les nombreux métiers de l’époque prouvent encore une fois la force architecturale de cette bâtisse.

 Manon Capelle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *