Martin Seltzer, la révélation de la Nuit des Jeunes Talents

Le 18 novembre dernier s’est déroulée la finale Compiègnoise de la Nuit des Jeunes Talents (NJT). Il s’agit d’un concours amateur et qui a pour but de valoriser des artistes de la région et âgés de moins de 30 ans. Parmi les finalistes, quatre se sont qualifiés pour la finale régionale, qui leur offre une chance de se produire en première de tête d’affiche, comme Florent PAGNY, Kev ADAMS…

Martin Seltzer, jeune compositeur Croisé Saint-Audoniens, ne fait malheureusement pas parti des quatre qualifiés, mais il est pour moi la révélation de cette finale Compiègnoise. Pourquoi me direz-vous ? Eh bien, il est peu commun de voir un jeune lycéen composer des musiques de films (à son âge on voit plutôt des groupes de rock généralement), avec une telle facilité, et surtout de manière autodidacte. Je suis, qui plus est, passionné de musique également et sa musique m’a touché.

martin

Qui est Martin Seltzer ? C’est un jeune homme âgé de 16ans, lycéen en 1ère Scientifique au lycée Charles De Gaulle à Compiègne et musicien dans l’âme ! En effet, il pratique la clarinette depuis maintenant 10ans au sein de l’association musicale de La Croix Saint Ouen. En parallèle, il étudie la théorie musicale, et pratique son instrument dans l’ensemble de clarinette, dans l’orchestre de l’école et plus récemment au sein du groupe de « musique actuelle » (reprise de musique chantée et accompagnée par des instruments).

Sa passion pour la musique ne réside pas que dans la pratique. Il est aussi fan de Jazz, de musique classique, de musique orientale et également de bandes originales de films. Et bien entendu, la musique de films ne va pas sans la passion du cinéma !


A la fin de sa prestation pour la finale de la NJT, j’ai eu la chance de le rencontrer.

Alexis : Que cherchais-tu en participant à la NJT de Compiègne ?
Martin : Je n’avais véritablement aucun but en participant à la NJT de Compiègne en Juillet 2016. L’idée même de ma participation ne venait pas de moi. Mais après réflexion, je cherchais certainement une forme d’encouragement dans la voie que je m’apprêtais à suivre. Savoir si les productions musicales que je rendais auraient une chance, ne serait-ce qu’infime, de plaire à un public. Savoir si mes créations, ou mes essais, auraient la capacité de captiver un auditoire. C’était un premier grand test pour moi, ce passage a permis d’avoir un avis extérieur à mon entourage, que je ne juge absolument pas objectif dans certains points. L’idée était alors de répondre à la question : « Suis-je capable de créer quelque chose de correct ? ».

Qu’est-ce que la NJT peut t’apporter ?
La NJT, est à la fois un tremplin et un simple passage sur scène. Il m’a permis de rencontrer des professionnels avec qui je souhaite bien apprendre davantage sur le métier ou sur le domaine en général et d’avoir un avis plus objectif aux vues de leurs connaissances techniques. D’un autre côté, la NJT, ne rapporte rien de plus immatériel et de plus nécessaire que de la confiance en soi, et du plaisir.

Est-ce que la NJT t’impose certaines choses ou es-tu libre ?
La NJT est une sorte de concours très accueillant, la prestation que l’on choisit de réaliser est libre, ils n’imposent rien, mais il y a parfois des limitations quant à la quantité du matériel, ce qui n’est pas un réel problème. Cela permet même de se recentrer sur le plus important et ainsi supprimer le « superflu » de certaines prestations.

Depuis quand pratiquez-vous la clarinette ?
C’est depuis 10 ans déjà que je pratique et que j’apprends la clarinette. C’est sans aucun doute une passion que j’entretiens. Mais depuis quelques temps, c’est un rapport davantage particulier que j’ai avec cet instrument. A l’école ou nous apprenons chacun respectivement nos instruments (piano, violoncelle, flûte traversière ou clarinette…), nous apprenons aussi à travailler tous ensemble en quatuors par exemple, musique de chambre ou bien orchestre Et c’est là qu’un point assez important apparait pour moi. Depuis la découverte des musiques orchestrales grandioses et des musiques de films, il y a comme une envie de ne pas se limiter à ce seul instrument. Mais d’un autre côté, le manque de temps ne me permet pas de redémarrer un cycle d’apprentissage.

Pourquoi vous diriger vers la musique de film ?
C’est à la sortie du troisième et dernier volet de The Dark Knight que j’ai réellement pris conscience de la Musique de film. Et depuis ce jour, c’est la seule véritable voie professionnelle qui m’attire. Je me démarque souvent dans ce projet, car pour moi, je dois y trouver une facette créative et aussi une forme vivante qui captive le public ! Je me vois très mal vivre et travailler dans un bureau, à remplir des papiers, ou à rester dans un atelier de fabrication…

Avez-vous des modèles ?
Des modèles, bien sûr ! Pour moi les grands compositeurs d’Hollywood ont tous une carrière folle ! Ennio Morricone est le grand écrivain de western pour grand nombre d’instruments atypiques, ses ambiances sont incroyables ! Il vient d’Italie et a conquis les Etats Unis ! Hans Zimmer, n’a aucune véritable formation musicale, il ère dans un studio d’enregistrement et obtient son 1er contrat sans se rendre compte du succès qu’il va avoir ainsi que cette réputation mondiale ! Alain Sylvestri ou Steve Jablonsky qui trouvent des thèmes d’action dramatiques et épiques mémorables pour de grands films ou bien Goldsmith ou Williams qui ont un talent d’orchestration dingue. Ou encore Steven Price qui manie avec brio les sons plus électroniques ! Aucune carrière n’est identique. Il n’y a pas qu’une seule carrière à imiter, ce sont pour moi, tous de très grands messieurs !

Vous êtes aujourd’hui au lycée. Comment souhaitez-vous évoluer dans la musique ?
Pour la suite de mon aventure, je travaille en autodidacte l’écoute et l’analyse de grandes œuvres. Je travaille aussi à la réalisation de musiques pour m’exercer. Maintenant dans un chemin plus concret, l’objectif du Bac est primordial puisqu’il me permettra ensuite de rejoindre une voix dans l’ingénierie sonore ou un conservatoire de musique. Le travail en parallèle sur des courts métrages est aussi une bonne idée…


Vidéo de sa prestation

Alex.bcr

A lire aussi :BENJAMIN SLY, LA MUSIQUE : SON ÉCHAPPATOIRE

MANOAH : « LA MUSIQUE, C’EST CE QUI ME FAIT RÊVER »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *